Livret Distingo sans risque à 4 % pendant 3 mois + 80 € offerts*
Qu’est-ce qu’une edtech ?

Qu’est-ce qu’une edtech ?




Sans vraie définition stricto sensu, l’Edtech demeure tout de même un concept plus que simple. Contraction de deux lemmes : éducation d’un côté, et technologie de l’autre, l’edtech désigne de facto les technologies de l’éducation. Voyons à présent de plus près les tenants et aboutissants d’une terminologie parfois nébuleuse.

Des start-ups bâties sur l’enseignement


Comme son nom l’indique, les edtech sont particulièrement dédiées à l’éducation au travers des technologies. Mais qu’est-ce qu’une start-up edtech ? Tout simplement une société faisant de la technologie un moyen permettant d’innerver certains secteurs grâce à l’éducation.

Cela peut notamment être le cas des start-ups prodiguant des cours de langue en ligne. Ces sociétés – qui s’inscrivent dans une logique de transmission du savoir – reposent totalement sur les nouvelles technologies. La transmission se fait via la technique et non plus via l’humain directement – même s’il peut avoir sa place dans la chaîne de transmission des connaissances.

Grâce à ces solutions il demeure simple d’apprendre une langue rapidement. D’acquérir un savoir nécessaire sans même être présent, ou au contact de professeurs et de spécialistes avancés.

Travailler en Australie sans parler anglais par exemple peut se faire simplement grâce aux edtech. Flexibles, et de facto disponibles partout dans le monde grâce à Internet, vous pourrez à tout moment traduire vos conversations en live, ou encore apprendre en temps réel l’anglais, tout en étant déjà expatrié dans un pays. Les edtech s’imposent donc comme l’artéfact de la flexibilité.

Edtech : apprendre l’anglais des affaires ou de la finance



Bien sûr, les edtech s’insèrent dans un processus plus complexe et qualitatif. Basées sur le modèle des start up qui répondent aux divers besoins des clients ou des individus, ces organisations doivent toujours apporter plus qu’imposer.

De ce fait, des secteurs comme celui des affaires ou de la finance, qui requiert un anglais courant et technique, sont particulièrement visés par ce type de sociétés. Dans un écosystème ou, même en France, l’anglicisation reste courante, les individus doivent se familiariser avec des concepts anglais, tels que les bids, les asks, les bears, les bulls, le shortage, etc.

Autant de terminologies qui permettent aux edtech de s’intégrer sur un secteur demandant toujours plus d’enseignement et technique et flexible – car le monde de la finance reste soumis à des horaires particuliers. De facto ces start-ups, par leur technologie reposant sur l’internet ainsi que sur la dématérialisation, sont à même de proposer une éducation de n’importe qui, à tout moment, à toute heure, et surtout en restant qualitatives.

L’anglais des affaires ou de la finance pourra donc s’enseigner de façon à respecter l’écosystème particulier de l’individu travaillant dans la finance ou sur les marchés. Et c’est d’ailleurs dans cette logique que sont bâties les edtech : elles permettent à quiconque de bénéficier d’un support flexible et de qualité quant à une acquisition de compétence particulière.

Aller plus loin avec les edtech

Si la définition stricto sensu d’edtech n’existe pas, c’est pour une raison bien particulière : peu sont à même de comprendre les limites du savoir octroyé grâce aux technologies. Pour cette raison il est important pour les acteurs d’exploiter au maximum les possibilités de l’éducation à travers les nouvelles technologies.

Si l’enseignement des langues semble naturel, d’autres enseignements peuvent être dans le futur essentiel, que ce soit le trading de cryptomonnaies, le trading sur des marchés de devises comme le Forex, ou encore le trading de valeurs ou de matières premières, il sera vite important pour les start-ups de faire leur révolution.

Elles devront également professionnaliser leur enseignement non plus pour des particuliers, des écoliers, des étudiants, mais pour des experts qui souhaitent d’ores et déjà acquérir des compétences précises et techniques. Autant de points qui ouvrent les portes globales de l’éducation sur les marchés français, européens, et mondiaux.

Il s’agit d’une révolution au point de vue éducatif qui donnera la possibilité aux edtech de s’insérer durablement dans certains écosystèmes ou l’expérience est toujours plus valorisée que l’éducation.

Si certaines sociétés sont déjà dans cette logique, et commencent depuis peu à s’attaquer à l’éducation professionnelle et technique, il faudra néanmoins quelque temps encore pour que le paradigme, les mentalités, et la conjoncture changent.

Source des images : Freepik

Toutes nos informations sont, par nature, génériques. Elles ne tiennent pas compte de votre situation personnelle et ne constituent en aucune façon des recommandations personnalisées en vue de la réalisation de transactions et ne peuvent être assimilées à une prestation de conseil en investissement financier, ni à une incitation quelconque à acheter ou vendre des instruments financiers. Le lecteur est seul responsable de l’utilisation de l’information fournie, sans qu’aucun recours contre la société éditrice de Cafedelabourse.com ne soit possible. La responsabilité de la société éditrice de Cafedelabourse.com ne pourra en aucun cas être engagée en cas d’erreur, d’omission ou d’investissement inopportun.