Freedom24 : jusqu'à 6,4 % / an pour les dépôts en euros. Votre capital est assujetti à un risque*

Sentiment des investisseurs en avril




Sentiment des investisseurs

Bilan mensuel contrasté sur les marchés avec des orientations bien différentes en fonction des zones géographiques. Alors que le dossier chypriote a calmé les ardeurs des investisseurs européens, la bonne tenue de Wall Street démontre le non-événement que représente ce dossier outre-atlantique.

Comme en témoigne l’expression crisis fatigue utilisée à de nombreuses reprises par des commentateurs de marché américains, les opérateurs préfèrent faire abstraction des péripéties économiques en zone euro pour ne retenir que les bonnes publications macroéconomiques, caractérisées par une hausse des dépenses des ménages et un marché de l’immobilier en expansion.

On notera cependant, une baisse relative du pourcentage d’investisseurs privilégiant la hausse. Une certaine lassitude se fait donc sentir sur les marchés, incitant un nombre croissant d’opérateurs à limiter leurs opérations à des prises de positions spéculatives de courtes durées. L’évolution des indices américains sur les dernières séances du mois caractérise bien ce constat, en témoigne les faibles niveaux de volatilité intraday.

Faits marquants

Le blocage politique en Italie conjugué à la tourmente financière chypriote ont donné quelques sueurs froides aux investisseurs européens qui semblent être les seuls à vraiment s’inquiéter de ce retour des tensions en zone euro.

La situation a cependant pris une tournure différente. Les opérateurs privés et professionnels vont devoir participer directement à la restructuration du système financier. Le message de la zone euro est donc clair : les Européens ne payeront pas les pots cassés d’une gestion hasardeuse des finances publiques (et privées) d’un état membre dont les risques qui en émanent sont non-systémiques.

Notre avis pour le mois d’avril

Alors que nous conservons un biais haussier depuis maintenant plusieurs mois, les signaux envoyés par nos indicateurs de finance comportementale laissent apparaitre une certaine remise en question de cette tendance, du moins, à court terme. On constate en effet une hausse sensible d’intervenants se passionnant pour la baisse des marchés, soit à des fins de couverture soit sur des spéculations intradays.

Nous anticipons donc quelques prises de bénéfices dans les prochaines semaines qui représenteront selon une majorité d’acteurs une opportunité pour se positionner. Le mouvement de baisse devrait donc se limiter à une correction de l’ordre de 3 à 4% pour les indices américains.

Nous continuons par conséquent à privilégier un biais haussier pour le mois d’avril en surpondérant l’Europe et notamment le secteur banques et assurances.

Nous recommandons également de se positionner sur des actifs plus volatiles à l’image du secteur minier et de revenir progressivement sur les émergents.

Guillaume Dumans

Les informations de Cafedelabourse.com et de ses publications sont données à titre pédagogique. Elles ne constituent en aucun cas des recommandations d’investissement. Le lecteur se doit d’étudier les risques avant d’effectuer toute transaction. Il est seul responsable de ses décisions d’investissement.