Acheter des actions à partir de 10€ et sans commission. Risque de perte en capital*
Retour des introductions en Bourse

Retour des introductions en Bourse




La situation des marchés

Le CAC40 finit la semaine du lundi 5 dans le vert, il récupère la totalité des pertes de la mi-semaine pour clôturer vendredi à +1,81% et à 4050 points, soit à 4 points de sa meilleure clôture annuelle (mardi 6). Il enregistre une petite performance hebdomadaire de +0,4%, mais affiche 8 semaines de hausse sur une série de 9. La hausse de fin de semaine a été soutenue par une solide progression des ventes des chaînes de magasins.

Outre-atlantique, premier franchissement du seuil des 11 000 points pour le Dow Jones depuis septembre 2008, en séance quelques minutes avant le son de la cloche. Ce seuil symbolique avait été enfoncé 10 jours après la faillite de la banque Lehman Brothers. La saison des résultats qui doit débuter cette semaine s’annonce prometteuse…

Retour des introductions en Bourse

En revanche, avant ces résultats les opérateurs européens ont hésité à prendre position pour mesurer la température de l’eau ; ils auraient risqué d’acheter sur des rumeurs pour malheureusement vendre sur l’information. Le CAC40 clôture ainsi lundi 12 en parfait équilibre par rapport à vendredi à 4050 points après avoir ouvert en hausse.

Outre-atlantique, les marchés US sont à l’évidence confiants quant aux publications à venir car le Dow Jones conserve, à la veille des publications, sa position au-dessus des 11000 points à 11005 points avec +0,08%. Il signe sa première clôture au-dessus de ce seuil depuis septembre 2008, le Nasdaq gagne 0,18%.

La “saison” des publications trimestrielles démarre sur les chapeaux de roue. En effet, après l’ouverture du bal par le géant de l’aluminium Alcoa qui affiche des résultats mitigés avec néanmoins une réduction par 2 de ses pertes, les marchés financiers repartent en vive hausse largement soutenue par les publications suivantes comme la hausse plus forte que prévu des ventes de détail US pour le troisième mois consécutif (+1,6% contre +1,2% attendu) et les résultats solides d’Intel et JP Morgan. Ces dernières annoncent des résultats supérieurs aux attentes avec par exemple Intel dont le CA progresse de 44% à 10,3 milliards de dollars pour le premier trimestre, ce qui soutient l’hypothèse de la reprise de la consommation des produits technologiques et celle de la consommation dans son ensemble grâce à la hausse des ventes de détail.

Toutefois, la fin de semaine sera corrective car les marchés ont pris connaissance de certaines publications qui rappellent la fragilité de la reprise comme par exemple la hausse des inscriptions hebdomadaires nouvelles au chômage, la progression de la production industrielle plus faible qu’anticipée et l’indice du sentiment des consommateurs américains mesuré par Reuters qui est ressorti bien inférieur aux consensus. Or le consommateur est au cœur du processus de la reprise par ses dépenses.

Chacun aura pu observer le caractère exceptionnel de la correction de vendredi après-midi. En effet, On n’avait pas vu de décrochage aussi rapide depuis les pires moments de la crise. Les valeurs bancaires se retrouvaient en première ligne des dégagements. La raison : l’annonce d’une enquête de la SEC (gendarme des marchés US) pour fraude à l’encontre de Goldman Sachs sur des produits “Subprimes“, tiens donc… La SEC n’exclut pas par ailleurs de poursuivre d’autres banques. Goldman Sachs a plongé de 12,79% à la clôture, Morgan Stanley a perdu 5,6% et Bank of America a chuté de 5,5%.

Le CAC40 clôture la semaine sur un fort repli à -1,94% sur une performance hebdomadaire à -1,6%. Réactions justifiées ou excessives ? à suivre…

Retour des introductions en Bourse

Retour des introductions en Bourse

Selon deux études indépendantes, respectivement de Ernst & Young et de PricewaterhouseCoopers, le marché mondial des introductions en bourse enregistre une vive accélération sur le premier trimestre de l’année. Notons que selon IPO Watch Europe qui suit les volumes et les introductions en bourse, 2009 avait été une année médiocre car victime de “la perte de confiance mondiale à l’égard des marchés financiers et de la récession”. L’étude avait recensé seulement 16 opérations en Europe pour un montant cumulé de 35 millions d’euros.

Le premier trimestre 2010 se montre beaucoup plus fourni dans les trois principaux continents observés : l’Europe, les US et l’Asie. 267 opérations ont été enregistrées pour un montant cumulé de 53,2 milliards d’euros levés contre 52 opérations au 1er trimestre 2009 pour un montant de 1,4 milliard d’euros levés. Le pire trimestre de la décennie. Dans le détail, on relèvera en pôle position l’Asie avec 166 opérations pour 35,1 milliards de dollars soit 62% de l’ensemble des opérations et 66% de la valeur des opérations. Le continent comptabilise 9 des 20 plus grosses introductions, la palme revient au Japon avec une introduction pour une valorisation à 11 milliards de dollars.

En Europe, l’étude de Ernst & Young comptabilise 39 opérations pour 8 Mds$ levés soit 14,6% des opérations et 15% en valeur. Le continent signe incontestablement un regain des opérations puisqu’il s’agit du niveau le plus élevé depuis le second trimestre 2008. Londres prend la tête du classement avec 20 opérations sur le trimestre écoulé. On pourra également relever, selon le Telegraph qui reprend les données de Ernst & Young, que le nombre d’avertissements sur résultats émis par les sociétés cotées britanniques au premier trimestre est ainsi le plus faible en une décennie. Sur les trois premiers mois de 2010, “seuls” 54 avertissements sur résultats ont été lancés contre 117 un an plus tôt, chiffre qui constituait déjà un plus bas en 10 ans.

Aux US, 25 opérations ont permis de lever 4,2 Mds $ soit 9,4% des opérations et 7,9% en valeur, le continent affiche un net recul puisqu’il avait enregistré 35 opérations au dernier trimestre 2009 pour un montant levé de plus de 11 Mds$.

Enfin, les anticipations pour le second trimestre en cours sont favorables puisqu’elles prévoient une solide performance. Toujours selon Ernst & Young, il y a de nombreuses opérations planifiées au niveau mondial, les émetteurs attendent “la bonne fenêtre de tir pour obtenir le meilleur prix d’introduction”.

Thierry Lou
Interactive-trader.fr