Jusqu'à 1000€* de bonus en tradant les Turbo24 avec IG. Risque de perte en capital*
Marissa Mayer chipée à Google pour sauver Yahoo!

Marissa Mayer chipée à Google pour sauver Yahoo!




Marissa Mayer chipée à Google pour sauver Yahoo! image

Yahoo! a créé la surprise en débauchant la manager star de Google Marissa Mayer, dans l’espoir qu’elle lui redonne une direction claire.

Marissa Meyer, une reine de la Silicon Valley

Diplômée d’informatique de la prestigieuse université de Stanford, Marissa Mayer est le vingtième employé de Google. C’est à elle que l’on doit le design épuré du moteur de recherche, Google News, Google Maps ainsi que la messagerie Gmail.

Yahoo! a besoin d’une direction claire

Le groupe a raté deux virages techniques majeurs, à savoir les réseaux sociaux et l’internet mobile.

Privé d’une stratégie claire par les changements incessants de direction, Yahoo! a plus que jamais besoin de définir son orientation. Les précédents CEO avaient privilégié la réduction de coûts pour embellir les résultats financiers à court terme, au détriment de l’innovation et de la croissance long terme.

La première tâche de Marissa Mayer sera donc de définir une direction claire pour Yahoo!. Du fait de son expérience, elle va probablement miser sur le développement de nouveaux produits.

Yahoo! roi déchu de la publicité en ligne

Jadis roi de l’affichage publicitaire en ligne, Yahoo! s’est fait rattrapé et distancé par Facebook et Google sur son terrain de prédilection.

Avec 700 millions de visiteurs uniques, Yahoo est une des plus fortes audiences du web, mais il perd des parts du marché de l’affichage publicitaire en ligne, au profit de ses concurrents, notamment Google et Facebook.

Marissa Mayer chipée à Google pour sauver Yahoo!

Facebook et Google détiennent chacun 16,8% de parts du marché de l’affichage publicitaire sur internet. Yahoo! n’en détient plus que 9,1%, contre 18,4% en 2008 (données eMarketer).

+3,16% pour le titre Yahoo!

Le titre Yahoo a accueilli la nomination de Marissa Mayer avec une hausse de +3,16%. Le titre Google, lui, accuse le coup par une baisse de 0,63%. Le malheur des uns fait le bonheur des autres.

Lydie Berget