FCPI : Les PME, le choix du moment ?

FCPI : Les PME, le choix du moment ?




Avec la tempête boursière actuelle, un village d’irréductible tient la barre et continue d’avancer entre les vagues : les PME.

Malgré des problèmes de financement contre coup de la dérive de nos chers banquiers, la croissance des PME françaises est encore au rendez vous. Ces marchés, souvent de niche, sont relativement épargnés de la conjoncture actuelle et leur prix correspond à leur réelle valeur et non pas à un cours boursier (ce postulat rejette donc la théorie moderne de la finance qui implique que le cours d’une société correspond à sa valeur).

Pour l’investisseur moyen devenir business angel est difficilement accessible aussi bien d’un point de vue financier, le ticket d’entrée est souvent important, que d’un point de vue dépense de temps afin de trouver l’investissement idéal.

Reste une solution, qui permet à la fois d’investir dans le développement des PME (quasiment un geste charitable qui est bonifié d’un crédit d’impôt de 25% pour l’année en cours de la somme investie et d’une absence de plus value à la sortie) et donc de miser sur un produit anti crise décorrélé des remous des marchés financiers : les FCPI (fond commun de placement en innovation).

Le principe est très proche d’un fond commun de placement qui se créerait et récolterait une fois par an et dans lequel les actionnaires ressortiraient au bout de 5–8 ans. Plus précisément, des investisseurs apportent de l’argent à une société de gestion dont le rôle est d’investir dans des PME (minimum 60%, le reste pouvant être des sociétés côtés) et les assister dans leur gestion avant une sortie à 5–8 ans.

Au final, reste à l’investisseur le choix du FCPI. De préférence éviter les FCPI bancaires, n’hésitez pas à me contacter pour toute question.

Nicolas Peycru