Livret Distingo sans risque à 4 % pendant 3 mois + 80 € offerts*
Conseils pour investir dans le cuivre

Conseils pour investir dans le cuivre




 

Les matières premières sont des produits très volatiles et dont la flambée des prix ne rime pas toujours avec augmentation du cours.

Le cuivre n’a cessé de dérouter les experts depuis plus plusieurs années. En septembre 2004, la hausse du prix du cuivre a dépassé les anticipations de la plupart des experts. Un grand nombre de cadres dans le secteur du cuivre et d’analystes de Wall Street parlaient d’une stabilité autour des 0,85$ en 2004. Un an plus tard, le cuivre atteignait son plus haut depuis les 15 dernières années, valant alors sur le marché presque 1,45$ la livre.

Fin 2009, le cuivre flambait de nouveau et gagnait quelque 140% depuis son creux de fin 2008.

5 conseils pour investir dans le cuivre

Ne misez pas sur un seul titre

Comprendre comment le cours du cuivre est important, mais ne misez pas tout sur une action. Alors que la société Southern Peru Copper (SCCO) a augmenté de 106% au cours des dernières 52 semaines, le prix de l’action Freeport-McMoRan (FCX) a augmenté de seulement 8%.

Un trésor peut en cacher un autre

La plupart des mines ne produisent pas un seul métal. La mine de Grasberg, exploitée par Freeport, est le 2e plus grand gisement en cuivre au monde et le gisement en or n°1 dans le monde. Depuis fin 2001, l’action de Freeport a plus que quadruplé du fait de la flambée du prix de l’or. Le cuivre était la cerise sur le gâteau qui, jusqu’à présent, n’a pas entraîné une flambée du prix de l’action.

Le cuivre est un secteur à risque

En 2003, la mine de Grasberg a connu deux glissements qui ont temporairement limité la production. Quand vous êtes propriétaires d’une mine immense, comme Freeport, tous vos œufs sont dans le même panier et la mise est considérable. Ouvrir une grande mine est très coûteux, et la dette totale de Freeport pour la mine Grabsberg est de 2,2 milliards de dollars.

 

La flambée des prix ne rime pas avec une augmentation du cours

Les matières premières sont des titres cycliques. Dans les bonnes périodes (comme maintenant), les entreprises affichent une forte décote, même les plus grosses comme BHP Billiton (BHP) et Rio Tinto (RTP).

La flambée du prix du cuivre a permis à Southern Peru de quadrupler ses gains en revenu net, mais a engendré une augmentation de seulement 106% du prix l’action (!).

En fait, les fluctuations de prix dans les matières premières, comme l’augmentation de 75% du prix du cuivre l’année dernière, n’entraînera pas nécessairement une telle variation sur le prix de l’action. Quand les matières premières sont peu chères, les actions des sociétés minières ont un PER anormalement élevés ; les investisseurs anticipent ce qui pourrait se passer. Quand les prix atteignent leurs plus hauts depuis plusieurs années, les actions sont alors sous-évaluées parce que les investisseurs ont peur que les prix baissent.

La Chine est maître du jeu

Le Chili est le premier producteur mondial de cuivre (34% de la production mondiale à lui tout seul) ; la Chine en est le premier importateur (28% des importations mondiales). La demande chinoise s’est accrue de 43% sur les 10 premiers mois de l’année 2009. Alors que la demande de cuivre en provenance du reste de la planète s’effondrait sur la même période de 18%.

Désormais, la Chine fait la pluie et le beau temps sur le cuivre, de par le volume de ses importations, jamais aussi élevé qu’en 2009. C’est elle qui a fait flamber le cours du cuivre. Cela signifie aussi que lorsque la Chine décide de freiner l’offre de crédit pour stabiliser son économie, le cours du cuivre tombe en chute libre, comme à la fin janvier 2009 (-14% en quelques jours).

Les informations de Cafedelabourse.com et de ses publications sont données à titre pédagogique. Elles ne constituent en aucun cas des recommandations d’investissement. Le lecteur se doit d’étudier les risques avant d’effectuer toute transaction. Il est seul responsable de ses décisions d’investissement.