XTB : investissez dans les actions avec 0% de commission. Risque de perte en capital*
Le baril de brut très volatile

Le baril de brut très volatile




Bonjour à tous,

Intéressons nous aujourd’hui au pétrole alors que les cours ont été très volatiles ces deux dernières séances.

Le pétrole s’était bien repris puisque les cours oscillaient hier soir sur leur moyenne mobile à 50 jours sur la zone des 70.20$. A l’ouverture, les cours ne parviennent toutefois pas à se maintenir et oscillent actuellement près des 69.50$ le baril.

En H4, on a un signal d’achat par le croisement des moyennes mobiles 20 et 50. Les stochastiques nous indiquent une situation saine à court terme, les cours pourraient reprendre leur progression dans un marché fortement volatile, toutefois le baril sera fortement influencé aujourd’hui par les statistiques US, c’est pourquoi nous ne prenons pas position pour l’instant.

Les positions se feront actuellement à court terme alors qu’on constate sur des graphiques journaliers qu’une divergence baissière s’est installée, le momentum est en perte de vitesse.

Si cette divergence était validée, le rebond des cours du pétrole depuis fin Juillet pourrait être principalement technique et éphémère, incitant à un repli du pétrole vers les 66$ pour le mois d’octobre.

Les investisseurs long terme devront donc rester prudents alors qu’on ne parvient pas à se maintenir au dessus de la moyenne mobile à 50 jours. Un maintien des cours au dessus de la MM100 serait un signe de solidité alors que le pétrole n’a enfoncé qu’une fois celle-ci depuis Mars, c’était il y a quelque jours.

Une rupture nette de la MM100 raviverait la pression vendeuse et nous ramènerait rapidement vers la zone des 66$ le baril, alors que c’est la MM100 qui avait permis aux cours de rebondir sous les 60$ mi-juillet.

Les volumes sont stables et nous donnent pas d’indication particulière.

Le baril de brut très volatile

Au niveau fondamental, je souhaitais revenir quelques lignes sur la crise iranienne et son impact sur les variations du pétrole.

Effectivement on aurait pu s’attendre à ce que les cours explosent sous la pression de la possibilité d’une crise prolongée avec l’Iran, actuellement 3e exportateur mondial de pétrole.

Toutefois, avec la crise financière et la baisse de la demande de pétrole, de nombreux pays ont connu une surcapacité de leur production cet été notamment. Ainsi même si il en arrivait à ce que l’Iran réduise sa production pour telle ou telle raison, celle-ci pourrait être assurée par d’autres, ne créant ainsi pas de tension sur l’offre et la demande.

Par ailleurs, il semble actuellement que les marchés soient plus préoccupés par la demande mondiale de brut et surtout par la réalité économique qui rattrape les marchés boursiers en ce moment que par les tensions actuelles.

En effet, il semble que les provocations de l’Iran aient peu d’effet sur le pétrole, et que les variations des cours sont à expliquer en partie ailleurs.
On ne constate effectivement pas de réelle corrélation entre les tensions actuelles et l’évolution des cours sur les marchés mondiaux, une telle corrélation étant difficile à mesurer mathématiquement, pour certains cette crise pourrait en tout cas soutenir les cours au niveau actuel.

En conclusion, on ne privilégiera pas de position pour l’instant en fonction de ces événements avec l’Iran, bien que certains investisseurs soient tentés par l’achat.

A bientôt et bons trades à tous,

Thomas Jeulin
Forexpros.fr