Israël, le pays aux 4000 start ups

Israël, le pays aux 4000 start ups




Israël, le pays aux 4000 start ups image

Israël, c’est 7 millions d’habitants sur un territoire grand comme la Bretagne. Petit, certes, mais diablement entreprenant : Israël est le deuxième pays du monde pour le nombre de start ups créées chaque année, derrière les Etats-Unis.

Bienvenue à la Silicon Waddy

Avec plus de 4000 start ups recensées, Israël est le pays qui compte le plus grand nombre de start-ups par habitant. Et il s’en crée chaque année environ 500. Deuxième pays derrière les Etats-Unis en terme d’entreprises cotées au Nasdaq, sa vigueur entrepreneuriale lui vaut même le surnom de « Silicon Waddy ».

Un pavillon en Israël pour les grandes sociétés

Les plus grandes entreprises novatrices veulent être au cœur de cette forte activité créatrice. Depuis plusieurs années, les laboratoires de R&D de grandes sociétés comme Google, Yahoo !, Intel et Microsoft se sont installées, notamment dans la ville d’Haïfa.

Une implantation en Israël est une bonne vitrine. Cela leur permet surtout d’être au plus près des nouveautés technologiques réalisées dans le pays et de bénéficier d’une main-d’œuvre de qualité. Avec 140 ingénieurs pour 10 000 habitants (chiffre IDSC), Israël est le pays à la plus forte densité de geeks au monde.

Un gouvernement ami des start-ups

Le dynamisme du pays est soutenu par le gouvernement, qui consacre un budget équivalent à 6% du PIB à la R&D et à des projets comme l’université Technion. Ce MIT sauce israelienne forme 7 ingénieurs sur 10. L’établissement sert aussi d’incubateur pour les entreprises de ses étudiants.

Israël, le pays aux 4000 start ups

Le gouvernement israëlien a également mis en place des Technology Transfer Offices, qui oeuvrent à faciliter la commercialisation des travaux universitaires. Les inventeurs peuvent compter sur un total de près de 80 incubateurs, dont 24 sont financés en grande partie par des fonds publics.

Le rôle du service militaire est aussi important. Les recherches militaires effectuées trouvent souvent des applications civiles. Les pôles de recherche y sont très développés et les travaux de recherche réalisés pendant le service peuvent être mis en application lors du retour dans le civil.

Pourquoi plus de start ups qu’ailleurs ?

Peu de ressources naturelles, un marché intérieur trop petit, Israël doit compter sur ses exportations pour développer son économie. L’établissement d’un écosystème favorable à la création d’entreprise n’était donc pas un choix, mais une nécessité dictée par la survie.

Les réussites israéliennes

Israël peut déjà se féliciter de plusieurs inventions à succès. On lui doit notamment la boîte vocale, la messagerie instantanée ou encore la clé USB. Et les inventeurs israéliens ne semblent pas vouloir s’arrêter là. D’autres sociétés du pays commercialisent de nouveaux concepts, pour la plupart liés aux nouvelles technologies.

Parmi les plus prometteuses, on compte Mobli, qui permet à ses contacts de voir en direct les vidéos prises avec un smartphone ; Face.com, récemment rachetée par Facebook, propose un système de reconnaissance faciale, et Waze, un GPS communautaire gratuit qui donne des informations sur le route en temps réel, grâce aux données collectées par les autres utilisateurs.

Jérémy Lemière