Livret Distingo : 3% pendant 4 mois + 80€ offerts*
L’Europe et le FMI préparent le sauvetage de l’Irlande

L’Europe et le FMI préparent le sauvetage de l’Irlande




Des dirigeants européens ont posé les fondations d’un plan de sauvetage de l’Irlande, qui pourrait atteindre 100 milliards d’euros. Des experts se rendront sur place cette semaine pour examiner les finances du pays, sur fond de crise bancaire.

L’Europe et le FMI préparent le sauvetage de l’Irlande

Plusieurs pays européens ont enjoint l’Irlande d’accepter un plan de sauvetage, certains souhaitant qu’il contienne des prêts directs du Royaume-Uni pour compléter l’aide du FMI et de l’UE. Le Royaume-Uni est dans UE mais pas dans la zone euro.

Mais au cours d’une réunion de ministres des finances, Brian Lenihan a répété que son pays n’était pas prêt à requérir de l’aide, en dépit d’un colossal déficit budgétaire et des taux d’intérêts vertigineux sur sa dette publique.

Craintes de contagion

Les marchés craignent que les problèmes de l’Irlande ne s’étendent à d’autres membres fragiles de la zone euro, comme le Portugal et l’Espagne. Une éventuelle contagion de l’Espagne mettrait une immense pression sur l’UE et pourrait à terme sévèrement menacer la survie de l’euro.

Pour le président de l’UE Herman Von Rompuy, la crise irlandaise est un moment décisif pour l’Europe et sa monnaie commune. “Nous devons tous travailler de concert pour la survie de la zone euro, car si nous ne survivons pas avec la zone euro, nous ne survivrons pas avec l’Union européenne”, a-t-il déclaré.

Les marchés actions européens ont chuté hier, sur fond de craintes sur le sort de l’Irlande, avec les baisses les plus abruptes en fin de séance. Le FTSE a enregistré sa plus forte baisse journalière depuis le mois de juin, avec une baisse de 2,4%. Le CAC40 et le DAX ont chuté de 2,6% et 1,9% respectivement. Ces troubles financiers de l’Europe ont aussi contribué à la chute du Dow Jones de 1,6%.

L’Union européenne prête à voler au secours de l’Irlande

L’UE a tiré une leçon de la crise grecque : il faut agir vite. Mais l’Europe ne peut aider l’Irlande que si cette dernière en la demande expresse. L’Irlande à abandonner son autorité budgétaire au FMI, alors même que certains pays en font une condition sine qua non de l’octroi d’un plan d’aide.

L’UE n’a cependant laissé planer aucun doute sur sa volonté de voler au secours de l’Irlande rapidement. Le commissaire européen à l’économie Olli Rehn a assuré que ses équipes se préparaient activement. Klaus Regling, à la tête de la nouvelle agence de sauvetage pour l’eurozone, a dit pouvoir apporter une aide “substantielle” en l’espace de quelques jours.

Après le sauvetage de la Grèce au printemps dernier, la zone euro a mis en place un fond de sauvetage financé par le budget de l’UE à hauteur de 60 Mds€, 440 Mds€ de prêts garantis par d’autres pays de l’euro zone, et 250 Mds€ du FMI.

Possible participation du Royaume-Uni

La possible participation du Royaume-Uni est le reflet de son lien étroit avec l’Irlande. Bien qu’en dehors de l’euro, le Royaume-Uni est un important partenaire commercial de l’Irlande, et ses banques sont très exposées au système financier irlandais. Dans les faits, une grande partie de l’aide financière qui serait octroyée à l’Irlande reviendrait à ses créanciers britanniques.

A Bruxelles, les ministres envisagent plusieurs alternatives. La première serait d’aider les banques irlandaises et le gouvernement irlandais, à l’aide de deux plans séparés simultanés. L’autre comprendrait une somme plus petite pour stabiliser le secteur bancaire seulement.

Les banques irlandaises ont fait des investissements désastreux dans l’immobilier du pays au cours du boom de la dernière décennie, au prix d’immenses pertes. L’Irlande a annoncé qu’elle injecterait 50 Mds€ dans ses banques. Elle procède également à de massifs rachats de leurs actifs toxiques.

Laurent Curau

© 2010 – Cafedelabourse.com