Chypre : les détails du plan de sauvetage

Le 26 mars 2013

Chypre a finalement trouvé un accord avec l’Union européenne et le Fonds monétaire international (FMI) : Chypre recevra 10 milliards d’euros. L’accord a été annoncé à peine quelques heures avant l’ultimatum fixé par la Banque centrale européenne (BCE), après une semaine d’incertitude pour l’avenir de Chypre dans la zone euro.

Que contient l’accord ?

Chypre a accepté de restructurer son secteur bancaire, de privatiser certains actifs et d’augmenter les taxes. Ces mesures ont pour but de récolter de l’argent pour contribuer au fonds de sauvetage des banques, tout en protégeant les clients des banques ayant des dépôts inférieurs à 100 000 euros.

La deuxième banque du pays, Laiki, doit être démantelée. Tous les dépôts au-delà de 100 000 euros doivent être transférés dans une « bad bank », sorte de « banque poubelle ».

Les dépôts de moins de 100 000 euros seront transférés à la Banque de Chypre, la première banque de l’île. Celle-ci doit aussi être restructurée.

Dans le même temps, les dépôts de plus de 100 000 euros à la Banque de Chypre sont gelés.

Dans ces deux banques, les dépôts de plus de 100 000 euros seront ponctionnés afin de lever de l’argent pour le fonds de sauvetage. Il reste encore à déterminer quel sera le taux de cette ponction, mais un porte-parole du gouvernement a évoqué 30%.

Et la taxe sur les dépôts ?

L’accord initial conclu la semaine dernière entre Chypre et le duo UE/FMI prévoyait d’appliquer une taxe sur tous les dépôts bancaires, commençant à 6,75% pour les dépôts les plus petits.

Cette taxe visait à lever 5,8 milliards d’euros pour le fonds de sauvetage. Mais cette mesure a enragé les Chypriotes et le parlement l’a rejetée, à l’unanimité du vote.

Le nouvel accord ne contient plus une telle taxe, mais les mesures de restructuration des banques font que ce sont les dépôts supérieurs à 100 000 euros qui vont financer le plus gros des 5,8 milliards d’euros du fonds de sauvetage.

Ces mesures ne peuvent pas être rejetées par le parlement, car ces lois de restructurations bancaires ont été votées par les ministres la semaine dernière.

La crise chypriote est-elle terminée ?

Pas tout à fait. A court terme, le secteur bancaire chypriote est tiré d’affaire; il ne risque plus de s’effondrer demain. L’argent du fonds de sauvetage va permettre au gouvernement de payer ses propres dettes et de restructurer les banques sans avoir à faire face à une récession économique brutale ou une sortie de la zone euro.

A plus long terme, les choses sont plus incertaines. Le gouvernement de Chypre doit passer des mesures d’austérité pour rebâtir son économie et regagner redonner confiance aux investisseurs. Il est également incertain comment les citoyens chypriotes, déjà très en colère, prendront tout cela.

On ne sait pas non plus à quel degré les déposants font confiance à leurs banques. On sera fixé jeudi, lorsque les banques rouvriront au public.

Et enfin, tout cet épisode a montré l’extrême incompétence des cadres de l’UE pour gérer une crise bancaire, même dans un pays aussi petit que Chypre. Cela ne laisse rien présager de bon pour la suite.

Laurent Curau

Les informations de Cafedelabourse.com et de ses publications sont données à titre pédagogique. Elles ne constituent en aucun cas des recommandations d’investissement. Le lecteur se doit d’étudier les risques avant d’effectuer toute transaction. Il est seul responsable de ses décisions d’investissement.

#

Derniers Dossiers


Bourse et Trading pourquoi-comment-inflation-impacte-secteur-Tech
Bourse et Trading top 8 entreprises francaises les plus rentables en Bourse sept 2021
Bourse et Trading cac-40-indice-bourse

Comment investir sur le CAC 40 ?

Découvrez le cours du CAC 40 ainsi que l’analyse de son historique et de ses grandes tendances, son mode de calcul, sa composition, mais aussi […]

Devenir rentier