Rejoignez eToro qui propose le crypto-trading depuis 2013. Votre capital est à risque*
Ralph Wanger, le chasseur de pépites ignorées

Ralph Wanger, le chasseur de pépites ignorées




Ralph Wanger est le directeur (bientôt retraité) du Columbia Acorn Fund LACAX. Sa technique d’investissement consiste à rechercher de petites actions qui n’auraient pas encore été découvertes à Wall Street. Avant d’investir, Wanger cherche des entreprises avec des finances solides et qui ont un potentiel de croissance importantes dans l’avenir. Ces critères sont ceux que tout investisseur prend logiquement en compte. Alors que de nombreux investisseurs à la recherche de croissance dans de petites capitalisations ont tendance à outrepasser l’évaluation de la valeur de l’entreprise pour ne voir que le potentiel de hausse des actions, Wanger pense qu’une société de croissance ne devrait être achetée qu’à un prix raisonnable.

Les marchés surévaluent souvent la croissance des actions, qui est pourtant un point à considérer sérieusement. Mais Wanger a l’avantage de choisir des sociétés qui ont souvent été ignorées par les analystes de Wall Street. De ce fait, beaucoup d’investisseurs ne sont pas au courant de telles opportunités. Et puisque moins d’investisseurs prêtent attention aux plus petites entreprises, les chances de découvrir une action sous-évaluée sont d’autant plus grandes.

Plutôt que d’appliquer une méthode descendante à ses investissements, c’est à dire lorsque les investisseurs analysent d’abord les tendances macro-économiques comme la croissance du PIB dans un pays, Wanger propose une idée d’investissement se fondant sur des thèmes. Par exemple, si Wanger pense que la population chinoise devient de plus en plus riche, alors il recherchera sûrement des fabricants de biens de consommation qui vendent des produits haut de gamme dans le pays.

Wanger ne craint pas d’aller contre la tendance. A la fin des années 1990, alors que nombre d’investisseurs dans les petites valeurs de croissance affichaient d’énormes bénéfices en misant que des prix d’actions déjà élevés augmenteraient encore grâce à l’enthousiasme des investisseurs pour les actions dans le secteur des technologies. Cette tactique comportait bien sûr un certain nombre de risques, et beaucoup de fonds se sont retrouvés le bec dans l’eau. Wanger, lui, fit ce qu’il a toujours fait : il rechercha des sociétés sûres avec d’importants gains et un flux de trésorerie peu cher. Cette technique d’investissement fut menée à bien et fonctionna jusqu’en 1999. Puis de mars 2000 au 30 avril 2001, le fonds gagna 16,8% de gains cumulés alors que ses pairs qui investissaient dans les petites valeurs de croissance en perdaient 31%.

Si vous aviez investi 10 000 dollars dans le fonds de Wanger en juin 1970, ils vous aurait rapporté pas moins de 1,3 million de dollars en mai 2003, période à laquelle Wanger se retira pour se concentrer sur d’autres tâches. La même somme d’argent investie dans le S&P 500 ne vous aurait rapporté que 400 000 dollars.