Livret Rentabilis de Monabanq sans risque à 5% pendant 3 mois*
La crise de la dette … en chanson

La crise de la dette … en chanson




La crise de la dette se propage en Europe, avec potentiellement de graves conséquences à la clé. Si vous avez encore du mal à comprendre comment on en est arrivés là, le quotidien anglais The Guardian vous explique tout en sur un air de funk.

 

 

Le quotidien s’est associé les services du Studio20, le programme d’expérimentation de l’Université de New York, pour nous créer un clip musical à but pédagogique, pour expliquer la crise de la dette européenne sur un air de funk. La vidéo se charge d’afficher les paroles de la chanson en grosse lettres multicolores bien fluos.

L’air de la chanson a été composée par (excusez du peu) David Holmes, qui a notamment collaboré avec Steven Soderbergh pour la musique d’Ocean Eleven.

Les paroles

Et parce qu’on vous aime beaucoup, on s’est chargé des sous-titres :

Portugal, Italie, Grèce et Espagne. Qui va les sauver ?La crise de la dette souveraine en Grèce a conduit le gouvernement au bord du gouffre, tandis que la colère publique se déverse en batailles rangées contre la police dans les rues d’Athènes.

Il y a de nombreux fautifs cette crise. Déréglementation, spéculation et escroquerie du crédit immobilier.
Ca a commencé à la fin des années 1990 quand les Européens ont dit “Rassemblons-nous !”. Gros pays avec de grosses monnaies. Pays-Bas, France et Allemagne ne voulaient pas de n’importe qui dans leur club. La Grèce n’est entrée que grâce à des chiffres bidons.

Quand vous utilisez cet euro, il y a juste un attrape-nigaud. Quand les choses se gâtent, vous ne pouvez pas dévaluer. La dévaluation aide quand la récession est en marche. C’est plus facile pour les étrangers d’acheter vos produits.

Quand les marchés de l’eurozone se sont effondrés, les spéculateurs ont dit que la Grèce ne pouvait pas rembourser ses dettes.
Comme elle utilise l’euro, ils ne peuvent pas éviter ce désordre en faisant tourner la planche à billets pour se refinancer.

Refrain

Mais si les PIGS – Portugal, Irlande, Grèce et Espagne – ne peuvent pas payer leurs dettes, qui va les sauver ?
Il y a la banque centrale. N’acceptez pas cet argent sauf à épargner cet argent.
Et le FMI. Qui dit que ça n’arrivera pas de nouveau ?

Ils vous surnomment les PIGS mais ils ne comprennent pas que vous n‘êtes pas les seuls à dépenser plus que vous ne le pouvez.
Et maintenant vous allez peut-être faire défaut, vous vous sentez si déflatés.
La crise de l’euro nous a tous épuisés.

Il s’est avéré que la Grèce ne pourra pas respecter les engagements pris lors du sauvetage de l’année dernière et espère demander encore de l’argent à la zone euro.
Dans les années 2000, faibles taux d’intérêt et d’inflation les rendaient si forts en apparence. Sous la croissance et la dépense facile, des capitaux étrangers.

Trois pays ont reçu des chèques de sauvetage : Grèce, Irlande et Portugal. L’Espagne prochaine sur la liste ?
L’argent ne vient jamais sans condition. Mesures d’austérité pour faire des économies.
La Grèce dépensait trop et ne levaient pas assez d’impôts. Elle a fait disparaître des paiements et de la dette avec l’aide de Goldman Sachs.

Les mesures d’austérité furent très dures. Grèves et manifestations embrasent Athènes.
Ce n’est pas tant les plans de sauvetage, la dette ou la foule enragée, tout ce qui compte c’est les emplois.
Le chômage est pour certains à plus de 20%. A quoi bon un plan de sauvetage de un milliard de dollars si vous ne pouvez pas payer votre loyer ?

Vous n‘êtes pas seul !

Allô !

S’il vous plaît, dites-moi qu’on va s’en sortir
Je sais que vous pensez que ça peux vous arriver
Mon Dieu, vous avez entendu les nouvelles ?
La crise de la dette souveraine, c’est si triste mais vrai.
PIGS
S’il vous plaît, dites-moi qu’on va s’en sortir
Je sais que vous pensez que ça peux vous arriver
La Grèce peut mettre les banques d’Europe à genoux
Rêves de superpuissance réduites à néant ?
PIGS

Un peu d’humour en ces temps de crise ne peut pas faire de mal !