Pourquoi Warren Buffett n’achète pas d’or

Pourquoi Warren Buffett n’achète pas d’or




Pourquoi Warren Buffett n’achète pas d’or image

L’or est un actif totalement improductif. Pour Warren Buffett, acheter de l’or relève de la spéculation, et non de l’investissement.

Certains actifs ne produisent absolument rien. Les acheteurs espèrent que quelqu’un d’autre sera un jour prêt à payer plus. Ce type d’investissement nécessite un pool croissant d’acheteurs qui, à leur tour, sont séduits, car ils croient que ce pool d’acheteurs va continuer à croître. Ces acheteurs ne sont pas motivés par ce que l’actif lui-même peut produire (il restera inerte pour toujours), mais par le fol espoir que l’acheteur suivant sera plus avide que lui. Le roi incontesté de cette catégorie d’actif est l’or, actuellement grand favori des investisseurs qui ont peur de tous les autres actifs, en particulier la monnaie papier (et à juste titre).

Cela dit, l’or a deux gros défauts : il n’est pas très utile, et il ne produit rien (il ne fait pas de petits, dira-t-on). Il est vrai que l’or a quelques usages, industriels et décoratifs, mais la demande, très limitée, serait incapable d’absorber toute production supplémentaire. Qui plus est, si vous conservez une once d’or pendant 100 ans, vous aurez toujours une once à la fin.

Les gens qui achètent de l’or pensent que les rangs des inquiets vont grossir. Ces dix dernières années, cette croyance s’est réalisée. A elle seule, la hausse a engendré un surcroît d’enthousiasme, attirant de nouveaux acheteurs, qui voient dans la hausse la validation de leur prédictions. Et voilà comment les spéculateurs-moutons créent leur propre vérité – pour un temps.

Pour illustrer la folie de la ruée vers l’or, inspirons-nous d’un exemple énoncé par Warren Buffet lui-même dans sa dernière lettre aux actionnaires de Berkshire Hathaway.

Aujourd’hui, le stock mondial d’or est de 170 000 tonnes. Si tout cet or était fondu, il formerait un cube de 20 mètres de côté, soit la largeur d’un terrain de handball. A 1750$ l’once, ce cube géant vaudrait environ 9600 milliards de dollars. Appelons-ce cube la pile A.

Maintenant, créons une pile B pour le même montant. A ce prix-là, vous pouvez acheter toutes les terres agricoles des Etats-Unis (1,62 millions de kilomètres carrés, produisant chaque année pour 200 milliards de dollars de denrées) et 16 fois Exxon Mobil, la deuxième plus grosse entreprise américaine et une des plus rentables (40 milliards de dollars de bénéfices annuels).

Après ces emplettes, il nous reste environ 1000 milliards de dollars d’argent de poche.

Pourriez-vous imaginer qu’un investisseur avec 9600 milliards de dollars choisisse la pile A plutôt que la pile B ?