Acheter des actions à partir de 10€ et sans commission. Risque de perte en capital*
Banques : 13mds€ de bénéfices grâce aux prêts secrets de la Fed

Banques : 13mds€ de bénéfices grâce aux prêts secrets de la Fed




Banques : 13mds€ de bénéfices grâce aux prêts secrets de la Fed image Crédit photo Justin Ruckman

La Réserve fédérale américaine et les grandes banques se sont battues pendant plus de deux ans pour garder secrets les détails du plus gros plan de sauvetage bancaire de l’histoire.

Les banques du monde entier ont engrangé un bénéfice combiné de 13 milliards de dollars grâce aux prêts d’urgence de la Fed, octroyés à des taux très inférieurs à ceux du marché, entre août 2007 et avril 2010.

Les banques ont emprunté à faible taux à la Fed de l’argent qu’elles ont ensuite prêtées à leurs clients à un taux supérieur. C’est grâce à cette différence de taux que les banques ont pu dégager des bénéfices.

Près d’un quart des bénéfices enregistrés par les banques à cette période est attribuable aux prêts de la Fed. Citigroup et Bank of America sont les deux plus gros bénéficiaires.

 

Banques : 13mds€ de bénéfices grâce aux prêts secrets de la Fed

 

Les banques françaises figurent parmi les bénéficiaires du programme mis en place par la Fed. Parmi elles, on trouve BNP Paribas (174 millions $ de bénéfices), la Société Générale (169,6 millions $), le CIC (21,3 millions $) et le Crédit Agricole (15,1 millions $).

A l’époque, la Fed n’avait révélé à personne l’identité des banques qui avait fait appel à son aide. Pour le seul jour du 5 décembre 2008, les banques du monde entier ont requis un total de 1,2 trillions (1200 milliards) de dollars.

Plus dérangeant, dans le même temps qu’elles acceptaient tous ces prêts d’urgence, les banques rassuraient les investisseurs de leur bonne santé financière.

L’ampleur des prêts d’urgence a été rendue publique après que Bloomberg a gagné son procès intenté à la Fed et Clearing House Association (un groupe rassemblant les plus grosses banques US) les forçant à divulguer les détails des prêts.

La Réserve fédérale américaine et les grandes banques se sont battues pendant plus de deux ans pour garder secrets les détails du plus gros plan de sauvetage bancaire de l’histoire.

Le tribunal a donné gain de cause à Bloomberg, invoquant le Freedom of Information Act. Cela a contraint la Fed à rendre public un document de 29 000 pages, ainsi que les détails sur plus de 21 000 transactions bancaires.

Si vous êtes intéressé par les détails de l’affaire, Bloomberg a publié un graphique interactif des banques qui ont le plus profité de ce programme de la Fed.

Laurent Curau