Livret épargne Distingo sans risque 3% pendant 3 mois + 40€ offerts*
Dossier PIIGS : Où en est le Portugal ?

Dossier PIIGS : Où en est le Portugal ?




Alors que le Portugal était visé par les problèmes de dette souveraine il y a quelques semaines, on entend désormais moins parler de lui. Pour autant la situation ne s’est pas améliorée.

Contexte

C’est la Grèce qui fait la une en ce moment alors qu’un défaut de paiement du pays est de plus en plus envisagé. Ce mardi, S&P nous rappelle qu’il n’y a pas que la Grèce qui pose un risque élevé en abaissant la note court terme et long terme de l’Italie, principalement à cause de la crise de gouvernance italienne et des dégradations de perspectives de croissance.

Les doutes sur la solvabilité de la Grèce concernent tous les pays en difficultés, puisque les pays comme le Portugal, l’Italie ou encore l’Espagne ont vu leurs taux longs augmenter, signe du risque qu’ils représentent pour les investisseurs.

Les difficultés subsistent, dette non déclarée à Madère

Pour rappel, le Portugal avait reçu en Mai une aide de 78 milliards d’euros en échange de laquelle il s’engageait à ramener son déficit sous les 6% pour 2011 et à 3% pour 2013.

La situation difficile subsiste alors que les taux longs portugais s’établissaient à tout de même plus de 10% en début de semaine. Effectivement, on apprenait en fin de semaine passée qu’à Madère, une dette non déclarée de 1,68 milliards d’euros n’a pas été prise en compte.

En conséquence, cette « omission d’information grave » comme l’a considérée la Banque du Portugal, va impacter directement la dette portugaise. Ainsi celle-ci doit être revue en hausse de 0.3% et la hausse du déficit portugais devrait s’élever à 9.6% du PIB et non plus 9.1%.

Outre ces chiffres revus à la hausse, ce que nous montre cet épisode, c’est qu’il y a toujours un manque de transparence et de visibilité et que la région de Madère n’a pas reporté des chiffres qui auraient du l’être, des problèmes qui nous rappellent la très mauvaise situation actuelle de la Grèce.

Pour le premier ministre portugais, il est toutefois nécessaire que la distinction soit faite entre les problèmes grecs et portugais alors que le FMI demandait au Portugal d’accélérer ses mesures de réduction du déficit.

Le Portugal reste vulnérable

Le Portugal n’est donc pas épargné par la crise des dettes souveraines. Si pour le FMI le déficit ne remet pas en cause les capacités de paiement du pays, la dette publique reste pour autant vulnérable aux chocs économiques, avec la dette non déclarée de Madère qui fait désordre alors même qu’on cherche plus de transparence et de lisibilité parmi les pays les plus touchés par la crise.

Thomas Jeulin