Livret épargne Distingo sans risque 3% pendant 3 mois + 40€ offerts*
Guerre en Ukraine, COVID en Chine, le secteur du luxe dans la tourmente

Guerre en Ukraine, COVID en Chine, le secteur du luxe dans la tourmente

Une résurgence des cas de COVID-19 en Chine et en Corée du Sud et la suspension des opérations en Russie pour un certain nombre de grands groupes ont impacté les actions du Luxe en Bourse. Nous vous livrons notre analyse de la situation dans cet article.

Les grandes marques de luxe suspendent leurs activités en Russie

La liste des entreprises du monde entier qui coupent leurs liens commerciaux avec la Russie ne cesse de s’allonger.

La marque de luxe britannique Burberry, la dernière en date, a annoncé qu’elle fermerait temporairement ses trois magasins en Russie, dont un situé sur la célèbre Place Rouge de Moscou. Puis, Hermès a annoncé qu’il fermerait temporairement ses magasins dans le pays, se disant profondément préoccupée par la situation en Europe. Enfin, Chanel, Louis Vuitton et l’ensemble du groupe Kering ont également pris des mesures similaires.

La suspension des activités en Russie et les fermetures temporaires de magasins sur le continent pourraient provoquer des chocs économiques importants pour les marques de luxe. D’une part, il s’agit selon Jefferies d’un manque à gagner annuel de 9 milliards de dollars de ventes de produit de luxe. D’autre part, les entreprises devront respecter leurs obligations de paiement et donc par exemple seront obligées de payer les loyers malgré la fermeture de leurs activités. Par ailleurs, LVMH a déclaré qu’il continuerait à payer ses 3 500 employés en Russie.

Lire aussi notre article Comment investir en temps de guerre ?

Les restrictions sanitaires repartent en Chine à cause du COVID-19

Une résurgence des cas de COVID-19 en Chine et en Corée du Sud ont poussé les gouvernements à prendre davantage de mesures restrictives pour contenir l’épidémie. En Chine, le centre technologique de Shenzhen a suspendu sa production, mettant fin aux activités de Foxconn, le fournisseur d’Apple, tandis que Shanghai se confine de nouveau en deux temps face à la flambée du Covid-19.

Ces nouvelles restrictions sanitaires de COVID-19 exercent une pression supplémentaire sur l’économie mondiale : la pandémie a déjà mis à rude épreuve les chaînes d’approvisionnement et provoqué d’importantes pénuries et une hausse forte des prix… De nouveaux blocages consécutifs dans les superpuissances manufacturières comme la Chine pourraient fragiliser encore plus l’économie mondiale.

Surtout, cette politique de “zéro Covid” de la Chine pourrait avoir une influence non négligeable sur la confiance des consommateurs chinois, principale source de revenu pour les acteurs du luxe : la Chine représente plus de 30 % du revenu de LVMH par exemple.

Consulter également notre article Le luxe : un secteur en fin de cycle ?

Quel impact en bourse pour les groupes du luxe ?

Graphique du cours de bourse de l’action Kering, l’action LVMH et l’action Hermès

graphique-cours-Bourse-actions-Kering-LVMH-Hermes-T1-2022

Évolution du cours de bourse de l’action Kering, l’action LVMH et l’action Hermès

Les entreprises du Luxe ont largement chuté en bourse entre la mi-février et la première semaine de mars. L’action LVMH (en bleu foncé sur le graphique) a chuté de près de 20 % entre le 14 février (jour de l’annonce des restrictions) et le 8 mars. L’action Kering et l’action Hermès perdent respectivement 13 % et 11 % sur la même période.

Les actions LVMH, Kering et Hermès ont rebondi par la suite pour reprendre respectivement 14 %, 9 % et 13 % depuis le 8 mars.

Finalement, Hermès est en hausse de 2 %, Kering en baisse de 6 % et enfin LVMH en baisse de 9 % depuis le 14 février.

Source des images : Freepik

Toutes nos informations sont, par nature, génériques. Elles ne tiennent pas compte de votre situation personnelle et ne constituent en aucune façon des recommandations personnalisées en vue de la réalisation de transactions et ne peuvent être assimilées à une prestation de conseil en investissement financier, ni à une incitation quelconque à acheter ou vendre des instruments financiers. Le lecteur est seul responsable de l’utilisation de l’information fournie, sans qu’aucun recours contre la société éditrice de Cafedelabourse.com ne soit possible. La responsabilité de la société éditrice de Cafedelabourse.com ne pourra en aucun cas être engagée en cas d’erreur, d’omission ou d’investissement inopportun.